Les déchets, ça se cultive

JSL Le Creusot le 02/06/2015 | charlotte meunier

Dominique Cornet explique comment obtenir un compost idéal. Photo C. M.
Dominique Cornet explique comment obtenir un compost idéal. Photo C. M.

De plus en plus de Creusotins optent pour le compostage de leurs déchets. Mais comment faire pour obtenir un compost de qualité ?

Il s’appelle Dominique Cornet et il est responsable du Jardin solidaire du Creusot. Le développement durable est une cause qui lui tient à cœur, et selon lui, chacun peut y contribuer à sa manière. Pour le jardinier, le compostage des déchets est un geste simple que chacun peut adopter.

Choisir les bons déchets

« Le mieux, c’est d’acheter un composteur, conseille Dominique Cornet. C’est une boîte fermée qu’on peut trouver dans toutes les jardineries et qui protège de l’humidité. » Au Jardin solidaire, les quantités sont trop importantes pour être enfermées. Le compost repose donc à l’air libre. L’important, surtout, c’est d’y mettre les bons déchets : « Pour faire un bon compost, il faut associer ce qu’on appelle de la matière verte (épluchures, herbe tondue) et des déchets bruns (foin, bois, feuilles mortes, carton déchiré), explique le jardinier. C’est ce qui va permettre aux bactéries de se développer et de digérer la matière pour donner un bon compost. »

Attention, le compost, ça chauffe !

La plupart des déchets dits “fermentescibles” peuvent être compostés. Seuls quelques-uns sont à proscrire, comme la viande ou les papiers imprimés. « L’important, précise Dominique Cornet, c’est de brasser le compost deux à trois fois par mois pour l’aérer. La plupart des gens l’ignorent, mais l’intérieur d’un tas de compost atteint en moyenne 50 °C, du fait de l’activité des bactéries. »

Une chaleur dont il faut se méfier, mais qui est un mal nécessaire pour obtenir le but recherché : un engrais bon pour l’environnement, et qui ne coûte rien à produire.

Journée de formation sur le compostage : vendredi 5 juin, au Jardin solidaire du Creusot